Dossier "Le confinement les inspire" sous la direction de Patricia Boyer de Latour : Nine Inch Nails, le retour aux fantômes feutrés de Simon Cherner

Alors que la moitié de la planète est confinée chez soi, le duo américain vient de sortir un double album aux ambiances douces et inquiétantes.

 Venant se rajouter à la liste d’artistes mobilisés en ligne, sur l’arrière-front numérique de la pandémie mondiale, Nine Inch Nails a dévoilé – et offert en téléchargement libre –, le 26 mars dernier, le nouveau double album que le groupe préparait secrètement depuis le début de l’année. Ce n’est pas la première fois que Trent Reznor – le chef de bande et compositeur convoité du tout Hollywood – et Atticus Ross, son fidèle second, nous font le coup : en 2008 déjà, le duo avait expérimenté avec une distribution exclusivement en ligne, et à prix libre, de leur album Ghosts I –IV. Ça tombe bien : leur nouveau diptyque se présente justement comme une suite à cet opus.

Ghosts V : Together – pochette blanc-gris – et Ghosts VI : Locusts – pochette noire –, reprennent donc la recette de Ghosts I–IV, à rebours du rock électronique-industriel qui a fait le succès de la bande dans les années 1990. On y retrouve de la musique ambient inspirée des travaux de Brian Eno et de Tangerine Dream, à savoir des compositions minimalistes, feutrées et planantes, parfois bruitistes, même, lorsque l’harmonie sort de piste. Fidèle à son titre grégaire et sa pochette claire, Ghost V : Together est un assortiment de rêveries et de méditations alanguies, accompagnées de rares touches de piano, et ponctuées de séquences dissonances plus froides, sur « Apart » ; seul le dernier morceau, le bien nommé « Still Right Here », se fend d’un rappel au style plus rock et vivace du groupe. Et si Ghost V est songe vaporeux, Ghost VI: Locusts, lui, est un cauchemar hanté. Derrière sa couverture obscure se trouve un bouquet d’angoisses stridentes, de modulations étranges et inquiétantes qui jettent l’auditeur sur le fil du rasoir, sous un flot de vibrations tendues

0145707337

©2020 par ESJ presse culturelle. Créé avec Wix.com